Art & Culture // Rencontres

Rencontre avec RAST MT d’AOS

31 mai 2018

Belle rencontre avec RAST, un artiste autodidacte de 26 ans originaire des Yvelines (78) à l’occasion de sa dernière réalisation : un étonnant portrait de Jean Rochefort.

Je rencontre RAST un jour de mai quelque part dans le sud de Paris, tandis qu’il met la dernière main à sa création, un portrait de Jean Rochefort.

« Ce porrait, je l’ai réalisé en novembre dernier, peu de temps après sa mort, mais je ne l’ai terminé que très récemment en ajoutant ce décor d’yeux ».

Le message est clair : l’acteur nous dit : « Je ne suis plus là, mais je vous ai à l’œil ! ». Le très British dandy français veut encore jouer l’arbitre de nos élégances, physiques et morales…

J’avais photographié en février dernier, rue Henri-Noguères dans le 19e arrondissement de Paris, une étonnante fresque de RAST représentant Grandmaster Flash, une figure du Hip-Hop du Bronx, qui était de passage à Paris. La fresque avait été réalisée pour fêter les 30 ans du crew AOS (Art Of Sauvage, Art Of Spray, etc...) : 1988-2018.

Mais comment RAST, originaire du sud de l’Île-de-France, s’est-il retrouvé dans ce crew basé dans le nord de Paris ?

« En fait, j’ai vécu quelque temps à Saint-Ouen, et c’est là que j’ai fait la connaissance d’un graffeur d’AOS. Au fil des rencontres, il a fini par me proposer d’intervenir avec le crew ».

Après avoir passé sa jeunesse à dessiner sur ses cahiers, RAST commence à taguer à 14 ans. Deux ans plus tard il se lance dans le lettrage « sur le mode psychédélique » avec le blaze qu’il s’est choisi :

« Pour mon blaze, je me suis inspiré de mon nom de famille. Et j’aime bien les lettres qui le composent ».

Malgré tout, il délaisse le lettrage il y a une dizaine d’années et préfère réaliser des portraits.

Le hip-hop n’est qu’une partie de son inspiration ; ses portraits sont choisis dans des univers très variés, décalés, comme récemment son Bruce Lee, son Laurel et Hardy, son Mister Bean ou d’autres que j’avais eu l’occasion de photographier :

Ce Jean Rochefort très « big brother is watching you » marque une étape dans son expression artistique.

Cet article vous a plu ? Partagez-le sur Facebook :

Dans la même catégorie

<< Série précédente


Dans l’univers de Fyrze Onerock

18 septembre 2017

L’atelier de Fyrze Onerock est à l’écart d’un village, près d’Arpajon (91), dans un groupe de petits bâtiments d’artisan. Autrefois, c’était un atelier de tapissier. C’est aujourd’hui le lieu où il crée, et où il vit aussi.

Voir

Série suivante >>


Berthet One : parcours fulgurant d’un jeune de banlieue

30 juin 2018

À l’occasion de l’exposition « 22H22 » aux Mains d’Œuvres de Saint-Ouen (93), rencontre avec BerthetOne, un des artistes exposés. J’avais fait sa connaissance lors de l’exposition « Générations graffiti » à l’Espace Art et Liberté de Charenton. Rendez-vous fut pris pour une interview aux Mains d’Œuvres.

Voir