Christian Julia Photographies
BoxeursCatch Modèles Body-building Wuze BBoy
Graffiti / Street Art
Mise à jour : 3 novembre 2016

Le rêve fou d’un cheminot

Gare d’Austerlitz | 22 octobre 2016
1 vote


Le conducteur d’un train de marchandises reliant Perpignan à Rungis rêvait de voir cinq de ses wagons décorés par des graffitis. Dix graffeurs de renom ont réalisé son rêve le samedi 22 octobre, de midi à pas d’heure, avec l’aide de Enlarge Your Paris, Gares et Connexions, la gare d’Austerlitz, SNCF Fret et Vitry’N Urbaine. Le public a pu découvrir l’œuvre le lendemain dimanche 23 octobre 2016 à 13 heures. Et le train s’en est allé le soir à 22 heures...

Tout est venu de ce texto écrit en février dernier par Wilfried Demaret, le conducteur d’un train de marchandises qui effectue régulièrement une liaison de nuit entre Perpignan et Rungis.

Il rêvait de voir certains de ses wagons décorés avec des graffitis. Un sacré défi quand on sait à quel point la SNCF n’aime pas trop voir ses wagons graffés. Pourtant, l’idée a plu à sa hiérarchie. Signe que les temps changent et que le graffiti est de plus en plus reconnu.

Il a fallu neuf mois pour monter l’opération, trouver la gare qui pourrait accueillir le train, trouver la date (un week-end où des travaux avaient lieu dans la gare d’Austerlitz), contacter les dix graffeurs de renom, obtenir toutes les autorisations. L’opération fut menée par l’association Enlarge Your Paris. L’association Vitry’N Urbaine a facilité les contacts avec certains graffeurs. Côté SNCF, Gares et Connexions, SNCF Fret et la gare d’Austerlitz ont rendu possible le rêve fou du cheminot.

Les préparatifs

L’opération commence le samedi 22 octobre 2016 à midi. Petit briefing sécurité. L’opération est considérée comme un chantier, avec toutes les précautions nécessaires. Me voilà paré d’un beau gilet rouge SNCF ! Seuls peuvent pénétrer sur ce chantier les personnes autorisées : les graffeurs, les organisateurs, les photographes et vidéastes.

Puis le conducteur du train indique aux graffeurs les précautions à prendre. Le train est en fonctionnement régulier. Les portes doivent pouvoir s’ouvrir normalement, donc pas question de les graffer. La première opération consiste à protéger les charnières avec du ruban adhésif. Puis on étend une bâche sur le quai pour les projections de peinture, on prend un petit casse-croute et c’est parti !

La réalisation

C’est vers 14 heures que les choses sérieuses commencent vraiment... Les dix graffeurs se mettent au travail sous l’œil des badauds qui passent sur les autres quais et n’en croient pas leurs yeux. Il faut dire que le spectacle est féérique. On ne peut s’empêcher de penser à tous les procès que la SNCF a intenté à des graffeurs qui ont « décoré » ses wagons. Voir des graffeurs peindre des wagons de marchandises en ayant sur le dos un gilet de la SNCF, cela a quelque chose de surréaliste !

J’ai bien du mal à me détacher de ce spectacle inouï. Vers vingt heures, je quitte le chantier et je vais manger une pizza dans un restaurant en face de la gare. Je sais que la soirée sera longue... Je reviens sur le chantier une heure plus tard. Les journalistes ont déserté les lieux, il ne reste plus que les graffeurs, les représentants de Enlarge Your Paris et un autre photographe.

Vers 23 heures, je me décide enfin à rentrer chez moi. Je veux absolument mettre quelques photos pour annoncer l’exposition du lendemain...


Les graffeurs au travail dans la nuit

L’exposition au public

C’est très tard dans la nuit que les graffeurs mettent la dernière main à leurs œuvres. Puis le quai est préparé pour accueillir les visiteurs du lendemain. Le trafic de la gare, interrompu entre le samedi midi et le dimanche midi, a repris normalement et les voyageurs sont pour le moins surpris de découvrir ce train de marchandises peu banal ! D’autres personnes, alertées par la presse et les réseaux sociaux, se sont déplacées spécialement...

Puis le soir à 22 heures, c’est le départ. Wilfried Demaret et son train redécoré ont repris une vie - presque - normale...

Les artistes (dans l’ordre des wagons) :

- EDGE
- FYRZE
- NEBAY
- MEUSHAY
- SEYB
- KALEES
- BROK
- RED
- SUEB
- TAKT

Géolocalisation

85 Quai d'Austerlitz - 75013 - Paris - Île-de-France
Publié le 2 novembre 2016
PrécédentSérie précédente
Le skate-park de Vitry-sur-Seine
Accueil du site > Graffiti > Graffiti / Street Art > Le rêve fou d’un cheminot