Christian Julia Photographies
BoxeursCatch Modèles Body-building Wuze BBoy
Expositions
Mise à jour : 11 avril 2016

Salon des amateurs d’art de Saint-Thibault-des-Vignes

Saint-Thibault-des-Vignes | 8 avril 2016
2 votes


La commune de Saint-Thibault-des-Vignes en Seine-et-Marne organise chaque année une exposition de peinture amateur. Moïse Alves, que je suis depuis quelque temps, m’y avait convié. Il y exposait une œuvre. Des graffeurs exposaient aussi, comme Johann Vinitzki ou Star 97.


Johann Vinitzki

Johann Vinitzki avait reçu le prix de la municipalité l’année précédente. Une de ses œuvres exposées, « L’homme perdu », a attiré mon attention. Son homme dans le canapé rouge est-il perdu dans la solitude ou au contraire est-il pris dans la toile menaçante de réseaux sociaux qui le traquent en permanence, quoi qu’il fasse ? Une solitude remplie de regards braqués sur lui.

Cet artiste a du talent et de l’avenir !

Johann Vinitzki devant son Homme perdu.

Johann Vinitzki devant son Homme perdu.

Moïse Alves

Quant à Moïse Alves, il ne se définit pas comme « graffeur » car il n’utilise pas les bombes. Il peint, mais il peint sur des murs. On dira « Street artiste », alors ? Mais ses murs de prédilection ne sont pas dans la rue mais dans un bois... C’est d’ailleurs pourquoi je l’avais surnommé « Peintre des bois ».

DSC00914

Moïse Alves devant son œuvre ’La mort de la mort’.

Comme on peut le constater en regardant les œuvres de lui que je connaissais déjà, comme ici à la chocolaterie, ou ici dans un bois de nulle part, l’œuvre qu’il présente à Saint-Thibault-des-Vignes est dans un style très différent.

Elle m’a tout de suite fait penser à mon grand-père maternel qui avait un atelier à Aubervilliers, rue des Quatre Chemins, où il fondait du plomb qu’il laminait ensuite en forme de H. Ces longs rubans de plomb étaient destinés aux artisans qui fabriquaient ou restauraient les vitraux.

Ces coulées métalliques, ces morceaux de verre peints, m’ont fait penser à des vitraux. Des vitraux qui ne laisseraient passer aucune lumière. Sa toile s’appelle d’ailleurs « La mort de la mort ». Une œuvre sombre et mystérieuse, qui fait référence à un épisode douloureux de sa vie.

Des cheveux, les siens, ont été intégrés dans la peinture, avant le vernis, et en bas de la toile, brille un diamant, comme si un peu de lumière passait encore, celle du souvenir sans doute.

Et aussi...

J’ai aussi apprécié les œuvres de Star 97 et deux autres œuvres.

DSC00930

Le centre culturel Marc Brinon de Saint-Thibault-des-Vignes.

Pour le reste, chacun peut aller se faire une opinion. C’est au centre culturel Marc Brinon de Saint-Thibault-des-Vignes (77) du 8 au 15 avril 2016.

Voir aussi

PointMoïse Alves, peintre des bois [Graffiti / Street Art]
PointMoïse Alves peint à la chocolaterie [Graffiti / Street Art]

1 commentaire

  • Bonsoir..Je viens de découvrir vos coups de cœur lors de l’exposition de st Thibault des vignes... Le fait d’en faire partis me touche beaucoup et je tenais à vous en remercier... Cordialement. Lucie Esteve.

Ajoutez votre commentaire

Publié le 10 avril 2016
PrécédentSérie précédente
Abstractions plurielles
Accueil du site > Art & Culture > Expositions > Salon des amateurs d’art de Saint-Thibault-des-Vignes