Voyages // En France

Saint Michel a terrassé le dragon mais pas le Couesnon

5 mai 2011 //

J’ai toujours beaucoup de plaisir à aller au Mont-Saint-Michel et à le faire découvrir à des amis. C’est ce que j’ai fait jeudi dernier. Il n’y avait pas trop de touristes. Nous avons fait une halte obligée dans le restaurant de la Mère Poulard pour manger sa célèbre omelette. Bof ! C’est très cher et pas très bon. Un piège à touristes. Heureusement, la sirène d’alarme s’est déclenchée pendant le repas si bien que nous avons eu droit à une réduction de 10% de la note !

Beaucoup de touristes en bas, dans les boutiques de souvenirs. La plupart ont des parcours tellement millimétrés qu’ils ont en fait à peine le temps d’acheter des souvenirs avant de repartir.

Monter jusqu’à la basilique n’est pas facile ! Mais cela vaut le coup. Plus on monte, moins on croise de touristes. La plupart jettent un œil vers la basilique au sommet du mont et redescendent. Un vrai bonheur.

De là-haut, on peut admirer le fameux Couesnon. On sait que c’est cette rivière qui marque la frontière entre la Normandie et la Bretagne. Elle se jette dans la baie du Mont-Saint-Michel. Et comme le mont est situé sur sa rive normande, le mont est en Normandie. Le fameux dicton : « Le Couesnon en sa folie a mis le Mont en Normandie » vient de ce que, brusquement, le cours du Couesnon a changé au Moyen-Âge : de breton, le mont est devenu normand... Et Saint Michel, malgré toute sa bravoure, n’a rien pu y faire... ou il avait d’autres dragons à fouetter !

Voilà le coupable :

On dit que le Mont-Saint-Michel fait partie des quelques lieux dans le monde qui possèdent un champ tellurique particulier. Ce sont des lieux « énergisants ». New-York en est un autre. La forme pyramidale du mont est d’ailleurs caractéristique.

Un haut-lieu d’énergie ou un haut-lieu vibratoire cosmo-tellurique est un lieu privilégié où l’homme peut capter les très bonnes vibrations émanant à la fois du Cosmos et de la Terre. Les hauts-lieux d’énergie augmentent l’amplitude des corps subtils et de ce fait amplifient l’aura des personnes qui les fréquentent. [1]


On mesure en effet l’énergie qu’il a fallu pour monter les pierres jusqu’au sommet du rocher et les tailler dans le vide !

C’est en tout cas un lieu dans lequel je me sens bien, et je me dis que dans des vies antérieures j’ai dû y séjourner, comme moine ou comme vendeur de cartes postales...


Portfolio


Tous les touristes ne font pas l’ascension jusqu’au sommet, qui est très élevé !

La baie du Mont Saint-Michel à marée basse.

La rue conduisant à la basilique au sommet du mont.

Une autre voie vers la basilique.

La basilique avec la statue de Saint Michel au sommet de la flèche.

L’intérieur de la basilique.

Bas-relief des quatre évangélistes.

Le cloître de l’abbaye.

La salle à manger des moines.

Salle des hôtes.

Salle des hôtes.

Cette grande roue permet de monter à la basilique les vivres et les objets.

La chapelle Saint-Etienne.

Promenoir des moines.

Salle dite des chevaliers.

Saint Michel terrassant le dragon.

Les ruelles vers la sortie.

Notes

Cet article vous a plu ? Partagez-le sur Facebook :

Pour être averti par email des nouveautés du site Abonnez-vous !

à voir aussi

Commentaires


  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

<< Article précédent


Saint Guilhem le Désert

25 mars 2011 //

Lors d’un déplacement dans l’Hérault, j’ai visité Saint-Guilhem-le-Désert, l’un des plus beaux villages de France, et aussi une autre merveille tout à côté, la grotte Clamouse.

Voir

Article suivant >>


L’abbaye des Vaux de Cernay

15 juin 2012 //

Puisqu’il s’est enfin décidé à faire beau, je suis allé pique-niquer dans un endroit magnifique, l’abbaye des Vaux de Cernay dans la Vallée de Chevreuse. Lieu historique magique, idéal pour faire une retraite et méditer sur la marche du monde...

Voir