Christian Julia Photographies
BoxeursCatch Modèles Body-building Wuze BBoy
2014
Mise à jour : 10 juin 2014
10
06
2014
C’est graff’, docteur ?


Il y a d’abord eu cette exposition « Retro Actif » organisée à l’Espace Art & Liberté de Charenton, un lieu dont je suis toujours les manifestations avec intérêt. Je découvre alors toutes les potentialités de cette art de la rue. Dans son discours, le maire de Charenton signale la filiation avec l’art pariétal des cavernes préhistoriques. Il y a sans doute quelque chose en nous, un instinct très ancien, qui nous pousse à marquer notre territoire, à signaler notre existence en dessinant sur les murs... Aujourd’hui, d’ailleurs, sur Facebook, pour laisser un message public à un ami, on écrit sur son mur !

Exposition RETRO ACTIF à l’Espace Art & Liberté de Charenton.

Il y a eu ensuite, quelques jours après, une incroyable circonstance. Tandis que ma voiture passe au contrôle technique, je me promène dans le quartier. Téléphonant à une amie, je suis gêné par le bruit de la circulation et j’emprunte un petit chemin le long de la ligne de chemin de fer. Et, au bout de ce chemin, je tombe sur une petite cité composée d’immeubles d’un étage. Ce qui me frappe, c’est un mur à la peinture crème toute fraîche qui est recouvert au centre par un tag : ARKO, très beau tag... tout frais lui aussi. Je pense aussitôt qu’il me faudra revenir dans cet endroit photographier ce magnifique graffiti...

Ce que je fais le lendemain. Mais là, surprise, non seulement la cité est en fait abandonnée, mais le tag ne ressemble pas du tout à ce que j’avais vu la veille. Il est certes toujours bien au centre, mais le mur n’est pas recouvert d’une peinture fraîche, comme je croyais l’avoir vu la veille, il est sale, et recouvert d’autres tags plus anciens. Comment ai-je pu m’abuser à ce point ? Je vérifierai d’ailleurs sur le Street View de Google Maps, que ces tags étaient déjà là en octobre 2012 ! Pourquoi cette endroit a-t-il ainsi été magnifié ?

Voilà - reconstitué - le tag d’ARKO tel que j’ai cru le voir le premier jour sur un mur immaculé.

... Et le voilà tel qu’il était en réalité !

Je découvre que la cité abandonnée est le lieu d’expression idéal pour les graffeurs qui s’en donnent à cœur joie en toute tranquillité et signent leurs œuvres sur les parpaings d’une fenêtre murée.

Que s’est-il vraiment passé la veille ? J’ai le sentiment d’avoir été « guidé » vers ce lieu. Et c’est sans doute pour me convaincre de revenir que le tag m’est apparu magnifié. S’il s’était présenté comme je l’ai vu le lendemain je n’y serais sans doute pas retourné...

Les façades de cette cité abandonnée sont un magnifique terrain d’expression pour les graffeurs de Meaux.

Des parois des cavernes préhistoriques aux murs de nos villes modernes

Le sujet en tout cas m’interpelle, moi qui m’intéresse à la ville depuis mes études. C’est cet intérêt qui m’a conduit en 1992 à contacter Khalid El Quandili, champion du monde de full-contact et président de l’association Sport Insertion Jeunes, et à m’intéresser aux cités de banlieue parisienne et à la boxe pieds-poings.

Le graffiti, avec le hip-hop, le rap, la break dance et la boxe, fait partie des modes d’expressions des jeunes des banlieues. Il a longtemps vécu hors-la-loi, accusé de dégrader les façades des immeubles, les trains, les métros, les monuments. Puis, peu à peu, on s’est rendu compte que certaines de ces dégradations étaient réellement de très belles œuvres d’art...! Alors, des initiatives ont tenté d’intégrer cette forme d’expression dans une démarche plus maîtrisée.

C’est d’ailleurs ainsi qu’est née en 2007 la première exposition de graffiti à l’Espace Art & Liberté de Charenton en valorisant les graffeurs qui taguaient clandestinement depuis des années le pont de Charenton...

Mon intérêt pour le graffiti n’est donc pas tout à fait surprenant, il est à la croisée de plusieurs intérêts personnels : les villes, les expressions populaires, la relégation, l’art et bien sûr la photographie...

Voilà une nouvelle voie d’exploration qui me plaît bien !

à voir

PointExposition Retro Actif [Expositions Street Art]
PointGraffiti à Meaux [Graffiti / Street Art]
PointPerformance graffiti à Charenton [Expositions Street Art]
Accueil du site > Blog > 2014 > C’est graff’, docteur ?