Christian Julia Photographies
BoxeursCatch Modèles Body-building Wuze BBoy
À l’étranger
Mise à jour : 4 octobre 2014

Bem-vindo ao Porto !

Porto | Amarante | Braga | Barcelos | 1er mars 2013
1 vote


Porto est la deuxième ville du Portugal. Son centre historique a été classé au patrimoine mondial de l’UNESCO en 1996. Située sur la côte atlantique, traversée par l’estuaire du Douro... et arrosée par le vin de Porto, la cité a de quoi séduire. Mais les environs ont aussi leurs charmes.

Porto - La plage

Un immense filet est installé en bord de mer.

Porto offre de magnifiques plages face à l’Atlantique. Des pontons sont aménagés pour les adeptes du jogging et du vélo.

Porto - Le port

Porto est aussi un port :

Porto - La ville haute

Un lieu renommé de la ville est la Praça Mouzinho de Albuquerque, avec son imposante colonne au sommet de laquelle un lion féroce (incarnant le Portugal) terrasse un aigle (les ennemis du pays !).

Dans la ville haute, d’importants travaux sont réalisés.

Porto - Les quais

La ville est traversée par la rivière Douro qui se jette dans l’Atlantique. De magnifiques ponts relient Porto à la Vila Nova de Gaia où sont rassemblées les marques de Porto : Sandeman, Calèm, Ferreira, etc.

Un funiculaire et des petites cabines de téléphérique permettent de relier la partie haute et la partie basse.

L’escalade de la colline pour accéder au sommet des ponts est toute une affaire. Heureusement, un funiculaire vient en aide aux touristes...

Mais la vue, là-haut, est à couper le souffle... Un tramway passe sur le pont Dom Luis construit entre 1881 et 1886 par Théophile Seyrig. L’autre pont métallique, le pont Maria Pia a été conçu par Gustave Eiffel, peu avant sa fameuse tour, et a été ouvert en 1877. Il est aujourd’hui désaffecté.

Je pénètre un peu par effraction dans un ensemble de duplex en travaux pour me rendre compte de la vue dont vont bénéficier les propriétaires. Quelle vue !

De l’autre côté du pont, sont construits les chais où est distillé le Porto.

Naturellement, une visite s’impose, celle des chais de la plus grande marque de Porto, Sandeman.

Autrefois, le porto était transporté dans des bateaux spéciaux, des rabelos, qui sont les longs des quais, mais ne servent plus qu’à la décoration du lieu...

Puis je pénètre dans l’église Santa Clara, qui date de la première moitié du XVè siècle. Elle est considérée comme l’un des plus importants exemples de l’école « portuane » (Portuense) de sculpteurs sur bois dans le style talha dourada.

Je continue la visite à la nuit tombée et j’entre dans l’incroyable gare de Porto, la gare São Bento (Estação de São Bento). Les murs du hall de la gare sont couverts d’azulejos, les célèbres faïences portugaises que l’on retrouve souvent sur les édifices et les maisons individuelles.

Des exemples de maisons aux façades recouvertes de faïences dans la ville toute proche de Nogueira, près de Maia :

Amarante

Le lendemain de cette visite à Porto, je ne peux manquer de suivre la vallée du Douro pour admirer les vignobles en terrasses. En chemin, je m’arrête à Amarante.

C’est une ville charmante traversée par la rio Tâmaga. Un petit pont ancien mène à une place où se trouve l’église São Gonçalo.

La route du vin de Porto

Plus loin, commence la route des vignobles de Porto tout au long de la vallée du Douro.

À l’heure du déjeuner une halte s’impose dans un restaurant gastronomique. La salle donne sur les vignobles. Le vin est bon. La cuisine (un coq au vin) est raffinée. Un moment de détente appréciable.

Au moment où je visite cette route des vins, à Porto, et dans tout le pays, des manifestations ont lieu contre les mesures d’austérité décidées par le gouvernement sous la pression de ce que les manifestants appellent « la troïka », à savoir le FMI, la BCE (Banque Centrale Européenne) et la Commission Européenne. Dans toutes les villes apparaît ce panneau :

Affiche de la révolte des Portugais contre la « Troïka » qui leur impose des mesures d’austérité et met à genoux leur pays.

Voir aussi un reportage sur ces événements :



Braga

Le lendemain dimanche, direction le parc national de Peneda-Gerês. En chemin, je m’arrête à Braga. C’est une ville très jeune, très dynamique.

J’y arrive en pleine semaine sainte.

Le quotidien Expresso fête ses 40 ans d’existence en retraçant en image l’histoire du Portugal.

Parc national de Peneda-Gerês

Créé en 1971 c’est l’unique parc national du pays. La nature y est sauvage... et belle, avec des bois, des landes et des lacs en fond de la vallée. Une route en lacets me conduit au milieu des cultures en gradins et des tables de pique-niques jusqu’à une belle cascade.

Barcelos

Le soir, après un crochet en Galice espagnole, je reviens au Portigal et je dîne à Barcelos, une très jolie ville construite sur une colline avec un pont médiéval très étroit au-dessus d’une rivière impétueuse au vacarme impressionnant la nuit !

Détail étonnant : la ville voue une admiration sans borne au coq ! On en rencontre partout dans les rues, non pas vivants, mais représentés dans des sculptures, des moulages, ... Selon une légende, un coq rôti aurait sauvé de la pendaison un pèlerin de Compostelle accusé injustement de vol. Pour en savoir plus sur la légende du coq de Barcelos, cliquez ici.

Saint-Jacques de Compostelle

Mais l’escapade bientôt se termine et le lendemain je dois reprendre l’avion à l’aéroport de Vigo, en Espagne. Impossible de ne pas faire un détour par Saint-Jacques de Compostelle, qui est juste à une demi-heure de l’aéroport.

Voir la série

fleche Santiago de Compostela

Ensuite, l’escapade est terminée et je regagne l’aéroport de Vigo.

L’aéroport de Vigo en Espagne.

Panoramiques

La plage de Porto

Les berges du Douro à Porto

Les vignobles du porto

Géolocalisation

154 Muro Bacalhoeiros - 4050 - Oporto - District de Porto
Publié le 9 mars 2013
PrécédentSérie précédente
Amazing Chiang Mai
Série suivanteSuivant
Santiago de Compostela
Accueil du site > Voyages > À l’étranger > Bem-vindo ao Porto !